Nos derniers articles de blog

Comments: Post a Comment

By: Estetika

Prothèses mammaires : quand les changer ?

L’utilisation de prothèses mammaires est maintenant répandue partout. En fait, depuis 1962, l’année des premiers implants réalisés par des chirurgiens américains, cette technique chirurgicale est confirmée.

Comme toutes les prothèses, les prothèses mammaires ne sont pas éternelles, elles subissent une usure et doivent donc être remplacées. Parfois, l’utilisation d’un second traitement chirurgical est due à la cicatrisation post-opératoire autour de l’implant, qui durcit et entraine des nuisances et dans certains cas, conduit à une déformation ou une luxation de l’implant. Il faut également tenir compte du vieillissement de la poitrine élargie qui, avec le temps, ne peut plus s’adapter à l’implant mammaire, suite à des grossesses ou à une perte de poids intense.

Combien de temps dure une prothèse mammaire ?

Une prothèse mammaire dure en moyenne 12 à 15 ans. Selon des statistiques, environ 36% des implants mammaires nécessitent une action corrective 10 ans après le premier implant. En outre, certaines études ont montré que le risque de rupture d’une prothèse augmente d’environ 2% chaque année. Ce sont cependant des chiffres maximums, car chaque cas est indépendant et voit la concordance de divers facteurs.

Bien qu’en Tunisie, les chirurgiens utilisent des examens instrumentaux sophistiqués (par exemple l’imagerie par résonance magnétique), il n’est pas toujours facile d’identifier les implants mammaires brisés ou intacts.

Lorsque la prothèse se montre vraiment endommagée, les mesures correctives seraient de nature urgente : le gel de silicone, en effet, reste confiné dans la capsule périprothétique. Il est cependant nécessaire que le patient soit vigilant pour éviter les impacts et les chocs, de sorte que le gel de silicone ne casse pas la capsule et ne se propage pas dans le tissu mammaire.

Comment le chirurgien travaille-t-il en changeant une prothèse mammaire ?

Premièrement, il remplacera l’implant mammaire en enlevant l’ancienne capsule périprothétique. Dans le cas où la glande mammaire a diminué en raison de la gravité et du vieillissement, le sein sera éventuellement levé (mastopexie). Un remodelage sera effectué avec la glande résiduelle, mais cela impliquera de sacrifier la taille de la poitrine elle-même. Si l’état du patient le permet, l’implant sera retiré et le volume sera reconstitué avec un lipofilling.

Ce dernier est une procédure qui est en train d’émerger, souvent proposé comme une alternative à l’augmentation mammaire avec des implants qui, à ce jour elle donne de résultats fiables.

Laisser un commentaire